• Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    Outre les plaisirs inhérents à la randonnée, on a parfois de belles petites surprises, comme par exemple celle de tomber sur une ribambelle de framboisiers sauvages fichés à flanc de montagne dans les ardoises ! Nous n'avons pas pu résister à remplir un petit sac de ces framboises, dans l'idée de les mettre à l'honneur dans un dessert d'été. Comme il me restait une belle poignée de basilic, j'ai décidé de marier les deux. Et là, je me suis rappelée cette belle recette dénichée sur le blog "Amuses Bouche". Les saveurs qu'elle propose (citron vert et basilic) me conviennent parfaitement, et j'avais envie d'essayer la crème chiboust que je ne connaissais pas. Je l'ai donc associée à une gelée de framboises et à une dacquoise aux noisettes pour réaliser cet entremets.

    Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    /!\ Quelques remarques importantes :

    J'ai indiqué sur le manuscrit les proportions que j'ai utilisées, je vous suggère cependant ici quelques modifications pour améliorer la recette :

    - Les proportions indiquées conviennent bien pour en entremets d'environ 30*20 cm, ou pour 6 personnes environ.

    - La gélatine a l'avantage de donner un entremets qui se tient très bien et reste joli à la découpe (rien ne s'écroule quoi :p). Je pense tout de même qu'on peut aisément ôter une feuille de gélatine à la recette de la crème chiboust, voire à la gelée de framboises. Vous pouvez également opter pour de l'agar-agar à la place, mais là je vous laisse doser ! ;)

    - Je vous conseille d'enlever un peu de sucre pour la dacquoise à la noisette. La meringue est déjà sucrée, je pense qu'il est possible de se contenter de ~60 g de sucre glace au lieu des 120 !

    - Le passage au congélateur pour toute la nuit n'est pas obligatoire, mais il permet à l'entremets de bien prendre et surtout de le démouler très proprement, lorsqu'il est encore congelé, avant de le mettre au frigo. Notez également que vous pouvez le conserver ainsi au congélateur ad vitam (ou presque :p), sans les fruits frais par dessus évidemment, ce qui vous permet de réaliser ce dessert bien à l'avance si nécessaire.

    - Enfin, vous pouvez remplacer la framboise par n'importe quel autre fruit de votre choix, faites vous plaisir selon ce que vous trouverez sur les étals du marché !

    Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    Entremets acidulé ~ citron vert, basilic et framboise

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Quindim

    Je vous propose aujourd'hui une recette de mini-flans brésiliens à la noix de coco fraîche ; les quindims ! J'ai réalisé cette recette il y a trèèèès longtemps, pour illustrer un article sur le Brésil publié dans une revue culinaire locale de l'île de la Réunion. Je n'ai jamais pris le temps de la publier, c'est maintenant chose faite ! Ces petites douceurs ont pour but de mettre en valeur la pulpe de coco fraîche, elles sont donc très simples à réaliser, et demandent très peu d'ingrédients. Il suffit d'avoir le courage de récupérer la chair ! Au niveau de la texture, ils sont à la fois onctueux. et légèrement croustillants à la base grâce à la caramélisation du sirop. Parfait pour un café ou un thé gourmand. :)

    Quindim

    Quindim

    Quindim

    6 jaunes d’œufs

    200g de sucre

    1 cuillerée à soupe de beurre fondu

    1 noix de coco fraiche

    Un demi-citron

    60cl d’eau



    Commencer par faire un sirop : Mélanger dans une casserole l’eau, le jus du demi-citron, le sucre et chauffer au feu moyen. Dès le début de l’ébullition, retirer le sucre collé sur les parois de la casserole à l’aide d’un pinceau trempé dans de l'eau pour éviter qu’il ne brûle. Une fois le sucre "disparu", retirer le sirop du feu et laisser refroidir.


    Récupérer la chair de la noix de coco, enlever la peau, et la râper assez épais pour garder une certaine texture après cuisson. Y ajouter les jaunes d’œufs puis le sirop et le beurre fondu.


    Beurrer de petit moules individuels et les placer dans une plaque à pâtisserie à bords hauts ou dans un plat à gratin. Verser de l’eau à mi-hauteur des moules et cuire jusqu’à ce que le dessus soit bien caramélisé. Retirer du four, laisser complètement refroidir et démouler soigneusement. Laisser reposer toute une nuit avant dégustation.
     

    Quindim

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Gaspacho

    Plus d'un an que rien n'a été posté sur ce blog... J'ai eu l'excuse de la prépa, puis du studio, pour cette année passée, ça sera l'excuse de l'agrégation ! ;) Pour le coup j'ai vraiment très (très) peu cuisiné pendant l'année. J'espère / je pense cette fois ci revenir sur la blogosphère de manière plus pérenne !

    Je vous propose une petite recette d'été simplissime, et bienvenue quand les belles tomates abondent dans le jardin ! Le gaspacho est une soupe froide à base de tomates (je ne vous apprends rien :p), j'ai choisi de la relever ici avec un peu de piment d'Espelette. Les quantités sont indicatives, n'hésitez pas à adapter selon vos goûts. J'ai opté pour du vinaigre balsamique, mais vous pouvez aussi utiliser du vinaigre de Xérès (à doser peut-être différemment, je n'ai jamais essayé !).
    Vous pouvez accompagner cette soupe de biscuits salés, comme ces sablés à la farine de maïs, parmesan, curcuma et cumin.

    Bel été à tous !

    Gaspacho

    1 kg de tomates
    3/4 de concombre
    2 poivrons rouges
    2 gousses d'ail
    1 échalote
    2 càS de vinaigre balsamique
    4 càS d'huile d'olive
    Sel, poivre, piment d’Espelette
    2 càS de ciboulette hachée

    Entaillez les tomates en forme de croix et ébouillantez-les quelques minutes (cela facilite leur épluchage). Émondez et épépinez-les puis coupez les en gros cubes (pensez à garder leur jus !)
    Émincez l'ail et l’échalote.
    Épluchez les poivrons à l'aide d'un économe et retirez les pépins ainsi que les parties blanchâtres. Découpez-le en cubes.
    Épluchez le concombre et retirez les pépins, détaillez-le en gros cubes.
    Réunissez tous les légumes dans un blender (sans oublier le jus des tomates), ajoutez le vinaigre et l'huile, la ciboulette, puis assaisonnez (sel, poivre et piment d'Espelette). Mixez finement le tout jusqu'à obtenir un liquide onctueux.
    Réservez au frais pendant 2 à 3 heures avant de servir.

    Gaspacho

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Pizza... à la poêle !

    Non, vous ne rêvez pas, ceci est bien un nouvel article ! :p Je ne compte pas m'étendre sur le pourquoi du comment cela fait si longtemps que je n'ai rien posté sur ce blog, il ne m'est absolument rien arrivé de grave, et "les" raisons sont (presque :p) les pires du monde :
    - Qui dit quitter la maison familiale et rejoindre une grande ville pour étudier dit quitter une belle cuisine pour deux pauvres plaques de cuisson et un micro-ondes. Dès lors il devient quasiment impossible de faire de la pâtisserie comme j'en faisais avant. Je pourrais me racheter tout le matériel, mais il faut pouvoir stocker/déménager et... avoir un four digne de ce nom. Ça sera pour plus tard ! ^^
    - Qui dit études dit aussi peu de temps ! Mais bon, il faut bien se nourrir. Donc je continue à faire des petits plats salés le week-end avec mon âme sœur. :3 Ce qui en soi n'est pas une mauvaise chose, puisque j'étais bien plus tournée pâtisserie que salé, donc ça change !
    - Qui dit vie en studio dit... pas mal de difficultés pour faire de belles photos. Je n'ai plus de belle vaisselle, plus de tissus (là pareil, je pourrais me rééquiper, mais histoire d'encombrement...). Le résultat, c'est que j'ai pas mal de recettes qui restent à l'état de photo sur le téléphone et qui ne verront jamais le jour ici.

       Pizza... à la poêle !Pizza... à la poêle !

     Bref ! Je pense que je pourrais continuer pendant pas mal de temps à chercher d'autres excuses. Toujours est-il que même sans four, on arrive à faire des choses (je suis devenue une adepte du qualificatif "à la poêle" dans mes recherches google. :p). Et que quand on pense à prendre un vrai appareil, il suffit de faire des photos sobres pour qu'elles soient publiables ! ;)
    J'ai piqué cette idée de pizza à la poêle sur le blog de Pankaj, et je suis très satisfaite du résultat ! J'avais peur que la pâte n'ait pas le temps de cuire, mais comme on cuit d'abord un peu la face sur laquelle on va déposer les ingrédients, il n'y a aucun soucis. J'avais aussi un peu peur que la garniture n'ait pas le temps de cuire, mais en couvrant, c'est parfait. Le seul bémol est au final le rendu d'eau (je l'ai voulu, j'ai mis des champignons de Paris frais et des tomates cerises, et plein de mozza), mais qui n'est pas non plus excessif. :)

    Pizza... à la poêle !

    Pour la pâte (2 pizzas moyennes) :
    200g de farine à pain blanc avec levure incorporée
    Environ 15 cl d'eau1 càS d'huile d'olive
    Sel-poivre

    Incorporez petit à petit l'huile puis l'eau tiédie dans la farine et "pétrir" pendant 5 minutes. C'est à vous de juger de la quantité d'eau à incorporer, j'ai mis 15 cl à titre indicatif. Ensuite, en théorie, il faut laisser reposer la pâte... Bon, j'avais commencé à la faire, en mettant ma pâte en équilibre sur la radiateur. En équilibre... instable. Trop instable pour tenir 1h. :p J'ai dû recommencer la pâte au dernier moment (la pizza au verre, c'est pas ce qu'il y a de plus savoureux), et nous ne l'avons laissée lever que 15-20 minutes en la chauffant un peu et doucement au micro-ondes.
    Retravailler un peu la pâte et l'étaler (ici, nous l'avons étalée sur un diamètre plus grand que celui de la poêle et nous avons ensuite rabattu les bords ce qui permet d'avoir une croûte plus épaisse en périphérie).

    Pour la garniture :
    C'est à votre convenance, on s'en doute, voici ce que nous avons mis :
    1 petit pot de concentré de tomates + purée d'ail + basilic ciselé, le tout dilué dans 1 càS d'eau
    Tomates cerise
    1 oignon rouge
    1 champignon de Paris
    1/2 poivron jaune
    Coppa
    Mozarella di Buffala

     Faites chauffer un peu d'huile d'olive dans la poêle à feu assez fort. Placez-y la pâte, rabattez éventuellement les bords, puis couvrez et baissez le feu. Quand le dessous est légèrement grillé, retournez la pâte. Étalez le concentré de tomates+ail+basilic, parsemez de tous les ingrédients, et finissez par la mozzarella. Arrosez d'un filet d'huile d'olive et de poivre. Couvrez de nouveau, et laissez tout cela fondre doucement. À la fin, il est possible d'ôter le couvercle pour chasser un peu d'eau si besoin.

    Et voilà, c'est prêt ! :)

    Pizza... à la poêle !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    6 commentaires
  • Risotto aux courgettes, coeurs d'artichauts, tomates séchées, noisettes et basilic.

    1 an et 5 mois se sont écoulés depuis la publication de mon dernier article. Si, si. Il ne m'est rien arrivé de vraiment spécial, j'étais juste complètement débordée par le travail ("Rho, et les vacances alors ?!" Eh bien, pendant les vacances aussi...). Mais ces années sont passées, le concours est fini, et je vais enfin pouvoir penser à autre chose. Alors me voici de retour, et je tiens à remercier et à rassurer ceux qui se sont inquiétés de mon absence, ça fait toujours plaisir. :)

    D'ailleurs, petite parenthèse, je serai sur Lyon l'année prochaine, s'il y en a parmi vous qui sont de là bas et qui ont des conseils/bonnes adresses à me donner, je suis preneuse !

    Bref, je ne vais pas m'étaler sur mes états d'âme, je reviens avec une recette toute simple (histoire de voir si j'arrive encore à cuisiner un peu quand même :p), un risotto. Je ne vous refais pas tout le blabla sur le risotto, j'en ai bien assez fait dans mes autres articles {Cf "Index salé", rubrique "Plats typiques et plats d'ailleurs"}. Je n'ai pas réfléchi bien longtemps à ce que j'y mettrais, vu le temps radieux, je voulais essayer de mettre un peu de soleil dans l'assiette à défaut d'en avoir au dessus de la tête. Donc les ingrédients me sont venus naturellement. J'ai un peu hésité entre le tomates fraîches et les tomates séchées, mais j'avais envie d'un goût un peu plus puissant donc j'ai opté pour les deuxièmes. 

    Seule petite originalité peut-être ; les noisettes. J'avais déjà testé les noisettes dans un plat salé, plus précisément dans un velouté au potimarron qui accompagnait des gnocchis (Bon, ça fait un quart d'heure que je cherche le post sur mon blog, en vain, je n'ai donc pas dû publier cette recette. J'ai les photos, mais pas la recette... Ô joie... Je vais voir ce que je peux faire.). Eh bien j'avais beaucoup aimé, pour le goût mais aussi pour le contraste de texture, donc j'ai voulu réessayer ici ! :)

    Bilan de tout ça, le résultat m'a bien plu, je n'ai pas trop pris de risques non plus niveau association de saveurs, donc laissez vous tenter sans crainte ! ;)  À bientôt (Oui, je peux le dire maintenant !).

    Risotto aux courgettes, coeurs d'artichauts, tomates séchées, noisettes et basilic.

    Pour la recette, et je m'en excuse, pas mal de proportions sont approximatives, notamment pour les tomates séchées, les coeurs d'artichaut et la courgette. La raison est assez simple ; j'ai acheté un peu au pif, préparé, et puis au moment de les ajouter au riz j'ai fait un peu au feeling, histoire qu'une des saveurs ne prédomine pas sur les autres. Je vous invite donc à faire de même, de toute façon rien n'est perdu. ;)

    Ingrédients (on va dire pour 6 à 8 personnes, assez largement...)
    - 1 gros oignon
    - 1 gousse d'ail
    - Huile d'olive
    - 500g de riz à risotto (Arborio ou Carnaroli etc)
    - 1 verre de vin blanc
    - 1,5L de bouillon de volaille
    - 1 ou 2 courgettes
    - Une petite boîte de tomates séchées (j'ai dû en mettre 10)
    - Une petite boîte de coeurs d'artichauts (6 ou 7 environ)
    - 125g de noisettes
    - 1 belle poignée de basilic frais (oui ça ne veut rien dire une "poignée de feuilles", mais on se comprend n'est-ce-pas ? :p)
    - 60g de parmesan
    - 60d de beurre doux
    - Sel/Poivre

     1. Commencez par torréfier les noisettes, au four ou à la poêle, jusqu'à ce que la peau noircisse et se détache. Laissez refroidir, puis en frottant avec vos mains émondez les noisettes. Hachez les assez grossièrement, le but est d'avoir un peu de croquant ! Réservez.

    2. Lavez les courgettes et épluchez-les, puis coupez les en dés de taille moyenne. De même, taillez les tomates séchées en petits dés. Coupez les coeurs d'artichauts plus grossièrement. Lavez et ciselez le basilic. Rapez le parmesan.

    3. Préparez le bouillon de volaille et gardez le frémissant tout au long de la préparation. 

    4. Dans une grande casserole, faites chauffer 3 cuillères à soupes d'huile d'olive. Ajoutez les oignons et la gousse d'ail écrasée, et laissez-les cuire à feu relativement doux jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides. Ajoutez alors tout le riz d'une seul coup, et mélangez énergiquement (pour éviter que le riz n'accroche) pendant 2 ou 3 minutes, à feu vif. Mouillez avec le vin blanc et laissez-le s'évaporer tout en remuant.

    5. Une fois que le vin s'est évaporé, ajoutez les courgettes, puis poursuivez la cuisson environ 15 minutes (selon les variétés de riz...) à feu moyen en ajoutant du bouillon louche par louche au fur et à mesure qu'il est absorbé (sans cesser de remuer). Cette méthode de cuisson débarrasse la graine de riz de la couche d'amidon qui se forme autour de son enveloppe et donne au risotto sa consistance onctueuse. Ne cédez donc pas à la tentation de verser tout le bouillon d'un coup ! 

    6. Enlevez la casserole du feu quand le riz est encore al dente. Ajoutez alors 2 ou 3 louches de bouillon de façon à ce que le risotto soit assez liquide. Puis ajoutez, tout d'un coup, les tomates séchées, les coeurs d'artichaut, le basilic ciselé, le beurre froid coupé en morceaux et le parmesan râpé. Vous pouvez éventuellement ajouter sel et poivre mais cela n'est pas vraiment nécessaire. Remuez rapidement avec une cuillère en bois, couvrez (même si tout le beurre n'est pas encore fondu), puis laissez reposer deux ou trois minutes en couvrant bien la casserole.

    7. Découvrez, mélangez à nouveau, et servez aussitôt quand le risotto est encore fluide !
    N'attendez pas, sinon il continuera de cuire. Le goût reste le même, mais la texture ne sera plus aussi crémeuse. Le mieux est donc de faire le risotto au dernier moment. :)

    Saupoudrez de noisettes concassées avant de déguster, et pour ceux qui aiment le fromage, d'un peu de parmesan supplémentaire. 

    Risotto aux courgettes, coeurs d'artichauts, tomates séchées, noisettes et basilic.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires